DANSE MACABRE


DANSE MACABRE
DANSE MACABRE

DANSE MACABRE

À la fin du Moyen Âge occidental, l’obsession de la mort hante les esprits. On voit alors apparaître dans le théâtre, la poésie, la musique et les arts plastiques le thème allégorique du pouvoir égalisateur de la mort.

Il s’agit de l’évocation littéraire ou de la représentation picturale d’une danse où des personnages vivants placés hiérarchiquement, du pape et de l’empereur à l’enfant, au clerc et à l’ermite, sont entraînés au tombeau par des squelettes. Le thème de la danse macabre apparaît dans des poèmes de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle qui, tel le Dict des trois morts et des trois vifs , évoquaient l’inéluctabilité et l’impartialité de la mort. Deux fléaux contribuèrent probablement à la popularité des danses macabres: la peste noire (milieu du XIVe s.) et la guerre de Cent Ans (1337-1453). Il ne faut pas oublier l’élément de satire sociale que comporte un thème qui souligne vigoureusement l’égalité de tous devant la mort et qui contribua vraisemblablement à son succès.

Le premier exemple de danse macabre figurée est le cycle de peintures (1424) qui se trouvait dans les galeries du cimetière des Innocents à Paris; toutes les danses macabres en dérivent. La hiérarchie de l’Église et de l’État y formait une danse majestueuse, où les vivants alternaient avec des squelettes ou des cadavres. Cet ensemble fut détruit en 1609, mais une reproduction ou une interprétation libre en est donnée dans les gravures sur bois du graveur parisien Guyot ou Guy Marchant (1485) et les légendes en vers ont été conservées.

De nombreuses danses macabres décoraient les cloîtres et les nefs des églises en France (Sainte-Chapelle de Dijon, 1436; La Chaise-Dieu, avant 1460); en Allemagne (Marienkirche de Lübeck, peinte en 1463 et restaurée ultérieurement; Marienkirche de Berlin; d’Allemagne, le thème se propage en Estonie et en Finlande), en Suisse alémanique (couvent des dominicains de Bâle, env. 1440; Berne, 1517, œuvre détruite connue par des copies du XVIIe s.) et en Angleterre (dans l’ancienne cathédrale de Saint-Paul). En Italie, le thème est rarement représenté et les exemples sont tardifs (San Lazzaro Fuori, Côme, XVe s.). Vers 1485 apparaissent des cycles de gravures sur bois représentant des danses macabres qui inspireront certaines fresques du XVIe siècle.

En 1523-1526, l’artiste allemand Hans Holbein le Jeune exécuta une série de dessins qui fut gravée par Hans Lützelburger et publiée à Lyon en 1538. Dans Les Simulacres de la mort , il ne s’agit pas à proprement parler de danse macabre, mais d’imagines mortis où la mort, qui n’entraîne plus l’homme dans sa danse macabre, surprend ses victimes au cours de leurs occupations.

Tous les pays d’Europe fournissent des versions littéraires de la danse macabre, qui comptent un chef-d’œuvre, La Danza general de la muerte , poème espagnol inspiré par les légendes du cimetière des Innocents.

À la Renaissance, le thème est peu à peu abandonné, les peintres (Dürer, Urs Graf, Niklaus Manuel Deutsch) préfèrent les sujets plus limités tels que la Jeunesse et la Mort, la Femme et la Mort, l’Amour et la Mort.

Thème de prédilection des peintres et des graveurs, la danse macabre a peu inspiré les sculpteurs: on citera pour la France la danse macabre en bois de l’aître Saint-Maclou à Rouen et celle du cimetière Saint-Saturnin à Blois; pour l’Allemagne la danse macabre du Georgenthor, sculptée au XVIe siècle.

Danse macabre thème fréquent à la fin du Moyen Âge, qui montre des gens de tout âge et de toute condition entraînés par des squelettes dans une ronde fatale.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Danse Macabre — (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le terme Danse macabre ou Danse des Morts fait référence à l iconographie médiévale illustrant l allégorie de l universalité de la mort. Les… …   Wikipédia en Français

  • Danse macabre — Danse ma|ca|bre auch: Danse ma|cab|re 〈[dã:s maka:brə] m.; , s s [dã:s maka:brə]〉 Totentanz [<frz. danse „Tanz“ + macabre (→ makaber)] * * * Danse ma|ca|b|re [dãsma ka:br(ə)], der; , s s [dãsma ka:br(ə)] [frz., mfrz. danse macabre (danse… …   Universal-Lexikon

  • Danse macabre — Danse ma|ca|bre* [dãsma ka:br(ə)] der; , s s [dãsma ka:br(ə)] <aus gleichbed. fr. danse macabre, vgl. ↑makaber> Totentanz …   Das große Fremdwörterbuch

  • Danse macabre — (spr. dāngß makābr ), s. Totentanz …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Danse macabre — (frz., spr. dangs makahbr), s. Totentanz …   Kleines Konversations-Lexikon

  • danse macabre — (izg. dȃns makȃbr) m DEFINICIJA lik. alegorijski prikaz mrtvačkog plesa (smrt je sve ulovila u svoje kolo), česta tema u književnosti od 14. st., u slikarstvu od 15. st.; kasnije motiv glazbe i baleta ETIMOLOGIJA fr …   Hrvatski jezični portal

  • danse macabre — [däns mȧ kä′br ] n. [Fr] DANCE OF DEATH …   English World dictionary

  • Danse macabre — Pour les articles homonymes, voir Danse macabre (homonymie). La Danse macabre est un élément, le plus achevé, de l art macabre du Moyen Âge, du XIVe au XVIe siècle. Par cette sarabande qui mêle morts et vivants, la Danse macabre souligne la… …   Wikipédia en Français

  • Danse Macabre — Dance of Death redirects here. For other uses, see Dance of Death (disambiguation). See also: Danse Macabre (disambiguation) and Dance of the Dead (disambiguation) The Dance of Death (1493) by Michael Wolgemut, from the Liber chronicarum by… …   Wikipedia

  • Danse Macabre — Der Ausdruck Danse Macabre, französisch für: Totentanz, bezeichnet ein unabhängiges Musiklabel, siehe Danse Macabre (Label) ein Sachbuch von Stephen King, siehe Danse Macabre (Stephen King) ein Orchesterwerk von Camille Saint Saëns eine belgische …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.